Vous êtes ici : Accueil / Projet / Présentation

Présentation

Télécharger le dossier de présentation

Aujourd'hui, une personne active sur deux dans le monde est un salarié. La masse salariale globale représente peut-être 40% du PIB mondial.

♦ Dans les pays avancés, les salaires constituent actuellement 40 à 50% du PIB, 50 à 70% du revenu des ménages et 90% des effectifs de la main-d'œuvre au travail. Dans les pays émergents, ces chiffres sont respectivement : 35 à 40% du PIB, 40 à 50% du revenu des ménages et 50% de la main-d'œuvre. Cependant, il existe des différences importantes sur le marché du travail dans les deux types d'économies : l’existence de secteurs économiquement « organisés » ou non organisés (économie informelle), l'importance relative de la main-d'œuvre rurale et la présence d’assurances sociales ou non.

♦ Principal revenu des salariés et coût important pour les employeurs, les salaires sont généralement ajustés à la croissance globale de l'économie (valeur ajoutée).

♦ Aucun salaire n'est isolé, il fait partie d'un système très différencié, formé de milliers de niveaux de rémunération liés à la qualification de l'individu, à ses responsabilités et à sa place dans le circuit économique

 

Salaires et mondialisation

La mondialisation n'est pas le seul facteur agissant dans l'évolution des économies contemporaines, mais elle englobe d'autres composantes économiques telles que l'innovation, la formation de capital ou la qualification de la main-d'œuvre. Elle a des effets sur la production, les flux commerciaux et la structure du marché, mais aussi sur les prix, les coûts et les revenus. Si le premier ensemble de dimensions a été étudié en partie, à travers une littérature qui compte déjà des centaines de références, le deuxième composant est moins souvent discuté[1]. La dimension « prix / revenu » de la mondialisation est elle-même extrêmement large (pouvoir d'achat, inflation, prix relatifs, termes de l'échange), le réseau WAGE entend concentrer ses analyses sur les salaires qui mesurent à la fois le prix et le revenu du travail salarié. Ce prix du travail lui-même offre deux versants, l’un statistique et quantifiable, le salaire annuel moyen, l'autre plus psychologique, la perception socioculturelle des salaires[2].

 

Question principale du réseau : assiste-t-on à une convergence internationale des salaires depuis les années 1950 ou non ?

 

Le questionnement peut être lui-même divisé en trois composantes :

♦ La convergence globale des salaires (possible ou non)

♦ La question d'un salaire décent et des différents types de dispersion des salaires. [Dispersion salariale et inégalités : augmentation ou diminution ?]

♦ Stratégies salariales et politiques salariales

 

1. A propos de la convergence globale des salaires dans le temps

Entre 1950 et 1980, les salaires dans les économies avancées ont augmenté plus rapidement que ceux des (futurs) pays émergents. La situation s’est inversée dans les années 1980 : les salaires dans les pays émergents ont augmenté plus rapidement que ceux des pays développés. Est-ce simultanéité ou causalité ? La croissance rapide de certains pays émergents entraîne-t-elle un ralentissement de celle des autres pays ?

En savoir plus

 

2. Sur la question d'un salaire décent et des différents types de dispersion des salaires

Cette convergence approximative des niveaux moyens est-elle accompagnée d'une péréquation interne marginale des salaires ? Ou d’une aggravation des disparités soit par une expansion variable des qualifications, soit par une croissance sectorielle différentielle de la productivité ? Des exemples de disparités pourraient être analysés pour répondre à la question, inégalités entre les États, écarts interdéciles, écart salarial hommes-femmes, etc.

À l’intérieur de l’Europe, les écarts moyens salariaux inter-étatiques sont de 1 à 6 en nominal et de 1 à 2,5/3 en PPA. Dans cette problématique, le groupe WAGE cible notamment l’analyse du salaire des jeunes, grande préoccupation européenne (UE), qui induit des questions d’employabilité, de qualification et de travail décent (Bureau International du Travail/Genève) et celle de ses salaires ont ralenti. Or les salaires jouent un rôle certain dans l’économie, représentanten Europe occidentale 50% du PIB et 70% des revenus des ménages et concernant 90% des actifsisparités (hommes/femmes, Gini). À l’extérieur, l’écart du salaire moyen européen avec ceux des pays émergents est de 1 à 7,5 favorisant en Méditerranée un vigoureux courant sud-nord de main-d’œuvre.

En savoir plus


3. Stratégies salariales et politiques salariales

Les salaires font également l'objet d'une stratégie, consciente ou implicite : de la part des employés eux-mêmes, de la part des entreprises, des syndicats, des pouvoirs publics. Les employés prévoient (ou non) une formation qui entraînera un certain salaire, les syndicats défendent certaines positions en matière d'emploi, d'organisation du travail et de rémunération, les autorités publiques (nationales/fédérales ou locales) assurent la rémunération des fonctionnaires dont les grilles salariales représentent souvent la partie centrale des échelles salariales d'un pays, définissent les lois sociales, fixent parfois un salaire minimum.

Peut-on définir des stratégies salariales explicites et construites, selon les agents économiques ? Ne sont-elles pas le résultat d'habitudes et de compromis entre agents ? Dans les relations professionnelles, on parle d'une prépondérance des employeurs par rapport aux syndicats d'employés depuis les années 1980 : pouvons-nous comparer ce point avec la période antérieure à 1980 et est-ce vrai pour tous les continents, avec quelles conséquences ?


[1] Extraits d’une bibliographie dont les premiers titres ont été publiés dans les années 1990, voici quelques références : Epifani, P, Gancia, G, “The Skill Bias of World Trade”, The Economic Journal, July 2008, vol. 118, p 927-960, Gindling, T. H, Terrell, K, “Minimum Wages, Inequality and Globalization“, Bonn, Forschungsinstitut zur Zukunft der Arbeit, Discussion Paper n°1160, mai 2004, 24 p, Holz C. A, Mehrotra, A, “Wage and price dynamics in a large emerging economy: The case of China“, BRI, Working papers n°409, Avril 2013, 18 p. Huwart, J-Y, Verdier, L, “Does globalisation promote employment?”, Economic Globalisation: Origins and consequences, OECD, 2013, p 88-107, Slaughter, M, Swagel, P, “The Effect of Globalisation on Wages in the Advanced Economies“, IMF Working Papers 97/43, 1997, 33 p

[2] La sensibilité de l'opinion publique, influencée par l'interaction de l'analyse économique (OCDE, FMI, OIT) et de sa résonance médiatique, doit être considérée en dehors du déploiement de processus économiques concrets. Les deux dimensions évoluent ensemble et à côté de la perception socioculturelle, en tant que représentation des attentes et des stratégies des agents, contribuent à l'évolution du revenu.

Last Workshop

International Symposium

30-31 October 2017

Read more